Les examens et diplômes, c’est l’affaire de tous

Caricature tondeuse blanquer

Après avoir laissé le soin aux lycées d’organiser eux-mêmes tout au long de l’année leur propre protection sanitaire et placé les élèves dans des conditions inégalitaires de préparation face à l’examen, le ministre Blanquer a annoncé en toute désinvolture sa décision de maintenir le grand oral, nouvelle épreuve du baccalauréat à laquelle les lycéens n’ont pu être préparés, et de transformer l’épreuve de philosophie du mois de juin en véritable mascarade (sa note ne comptant pas si elle se trouve inférieure à la moyenne du contrôle continu).

Les décisions du ministre suscitent à juste titre l’inquiétude des lycéens. Elles ont conduit de nombreux professeurs de philosophie à se réunir en assemblées générales (à Bordeaux, Lille, Strasbourg, Grenoble…) pour demander l’annulation du grand oral et, étant donné les conditions imposées, pour cette année 2021, celle de l’épreuve de philosophie.

Les professeurs ont tous le sentiment d’avoir été piégés par le ministre et ils dénoncent tous sa responsabilité : il a délibérément laissé la situation pourrir et placé les élèves dans des conditions inégalitaires; il manifeste le plus grand mépris à l’égard des élèves et des professeurs, en se moquant des conditions de préparation des épreuves, en se moquant ouvertement de l’épreuve de philosophie.

En imposant la numérisation des copies des épreuves du baccalauréat, le ministre ne tient aucun compte des exigences de chacune des disciplines, et se moque de dénaturer le travail de correction des professeurs. Ceux-ci ne peuvent pas non plus admettre d’être plus longtemps transformés en pourvoyeurs de notes, comme ils l’ont été tout au long de cette année, du fait des réformes Blanquer du lycée et du baccalauréat, sous la pression constante du contrôle continu, au détriment complet de la progression de leur cours et de l’apprentissage des élèves.

Avec les professeurs réunis en AG, le SNFOLC se prononce pour le rétablissement en 2022 d’un véritable baccalauréat national fondé sur des épreuves finales dans toutes les disciplines, qui seul peut garantir l’égalité de traitement des élèves et assurer des conditions sereines d’enseignement. Le SNFOLC se prononce avec eux pour l’abandon des réformes Blanquer du lycée et du baccalauréat, ainsi que de Parcoursup.

Dans l’immédiat, le SNFOLC demande au ministre d’assumer ses responsabilités et de mettre un terme au plus vite à la situation dans laquelle il place les élèves et les professeurs.

Le SNFOLC appelle les personnels à se réunir en AG, à discuter des modalités d’action, y compris la grève, à se rendre au ministère et devant les rectorats et DSDEN. Un préavis de grève a été déposé. Le SNFOLC s’est adressé aux autres organisations syndicales pour organiser l’action commune.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous permettre de partager du contenu via les boutons de partage de réseaux sociaux, et pour nous permettre de mesurer l'audience via Google Analytics. Plus d'information sur notre page concernant les données personnelles.

Fermer